Rwanda

  • 12, 63 millions d’habitants
  • 2 hôpitaux partenaires
  • 1 centre pour handicapés
  • 0,1 médecins pour 1000 habitants

L’accroissement rapide de la population peut mener à la surpopulation, un facteur de conflits dans plusieurs pays africains. En 2014, alors que trois habitants sur cinq ont moins de 25 ans et que l’âge moyen de la population est de 19 ans, il ne reste pratiquement plus aucune terre en friche. Avec ce taux de natalité qui demeure élevé, les Nations Unies prévoient qu’en l’absence d’une hausse significative de l’émigration, la densité devrait doubler d’ici à 2050. Le pays doit déjà importer des denrées alimentaires.

Entre 2005 et 2010, le nombre d’enfants par femme est de 5,4. Les dépenses publiques pour la santé sont de 27,3 % du budget de l’État (en 2006). Bien qu’étant un des pays les plus pauvres du monde, 92 % de la population rwandaise disposent d’une assurance maladie publique, soit plus que dans la plupart des pays développées.  Ceci augmente l’accessibilité aux soins pour la population.  Comme dans la plupart des pays d’Afrique subsaharienne, la médecine traditionnelle rwandaise est encore très vivante, malgré l’intégration de la médecine occidentale.

Le contexte sanitaire

Le Rwanda fait face à plusieurs défis sanitaires :

  • La prévalence élevée de certaines maladies transmissibles (y compris la covid), l’émergence de maladies non transmissibles (à l’instar des problèmes oculaires, qui sont parmi les 10 principales causes de morbidité et dans le top 10 des consultations au sein des établissements de santé du pays).
  • La prise en charge des problèmes de santé mentale et des victimes de violences sexuelles.
  • La malnutrition chronique infantile ou du moins d’une alimentation inadéquate chez les enfants de 0 à 8 ans. Les données fournies par le Rwanda Health Sector Strategic Plan révèlent qu’en 2016, 38% des enfants de moins de 5 ans ont un retard de croissance dû principalement à une alimentation inadéquate, mais également aux maladies fréquentes, aux pratiques de prise en charge de la mère et de l’enfant et à un environnement malsain. Le Rwanda Demographic Health Survery-DHS (2015) indique que seulement 63% des enfants âgés de 3 à 5 ans présentent un bon développement dans les domaines de la lecture et du calcul, du développement physique, socio-émotionnel et d’apprentissage.
  • Le manque de personnel médical. En effet, le nombre de professionnels dans le domaine de la santé oculaire est par exemple encore très limité, puisque le National Strategic Plan for Eye Health mentionne la présence de seulement 16 ophtalmologues au Rwanda actifs dans des établissements de santé publics et privés.
  • Une insuffisance de spécialistes en réadaptation physique et fonctionnelle et sur les questions du handicap et des pratiques inclusives.
  • Le manque des infrastructures et équipements médicaux, s’illustre dans la faiblesse du système de transfusion sanguine. L’’accès à du sang sûr pourrait contribuer à prévenir jusqu’à un quart des décès maternels chaque année. Selon l’OMS, entre 5,7 et 8,4 millions de décès sont attribués chaque année à la mauvaise qualité des soins dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire (PRFI), ce qui représente jusqu’à 15 % de l’ensemble des décès dans ces pays. Médecins Sans Vacances intervient dans la transmission de connaissances, de compétences et d’attitudes adéquates permettant ainsi de combler le chaînon manquant de la couverture sanitaire et des services de premiers secours en temps utile, et la formation des secouristes dans les communautés contribue alors directement à assurer une vie saine et à promouvoir le bien-être.
  • La faiblesse des infrastructures hydrauliques et d’assainissement au Rwanda se traduit par un accès limité à l’eau potable (en zone rurale seulement 52%17 des ménages ont accès à une eau potable gérée de manière sûre) et à des infrastructures sanitaires de base (plus de 34% des ménages n’ont pas accès à des installations sanitaires de base et 32 %18 des écoles ne disposent pas de services d’hygiène sur place). Or, la prévention de certaines maladies transmissibles telles que la diarrhée, nécessite un accès à une eau potable et à un assainissement adéquat, mais aussi la création d’habitudes (comme le lavage des mains), d’où l’importance de la promotion de l’hygiène.

Coordination locale

Dans la province de l’ouest, Médecins Sans Vacances collabore avec 2 hôpitaux partenaires, l’hôpital de Mibilizi et l’hôpital de Murunda, ainsi qu’avec l’HVP Gatagara, un centre pour handicapés.

Afin de délivrer des soins hospitaliers de qualité, adaptés aux besoins réels de la population d’une région, Médecins Sans Vacances bénéficie d’équipes régionales au Burundi et à Bukavu :

L’équipe régionale au Burundi est en soutien à l’équipe de Bukavu et est composée d’un médecin-conseiller, d’un coordinateur de la maintenance biomédicale et d’une responsable administration. Tandis qu’à Bukavu, un assistant technique-santé et un logisticien œuvrent au quotidien.

Le Rwanda est un pays stable en termes de sécurité, d’infrastructure avec une bonne accessibilité géographique : les routes et autres infrastructures de base sont souvent en bon état et fonctionnel.

Les activités locales se traduisent principalement en termes de missions. Celles-ci sont presque toutes mixtes c’est-à-dire qu’elles sont menées par des volontaires de terrain et des experts locaux. Une approche qui a apporté des bons résultats et qui est appréciée par les hôpitaux.

Coopération locale

Médecins Sans Vacances a établi un bon contact avec l’ordre des médecins au Rwanda ce qui nous a permis de développer des échanges avec les différentes associations expertes du pays dans le domaine de la chirurgie et de la pédiatrie.

Le Rwanda est aussi une plateforme d’apprentissage pour la procédure d’achat local de médicaments et consommables. Ces achats se font par l’hôpital et sont ensuite remboursés par Médecins Sans Vacances. Une nouvelle approche qui commence à porter ses fruits et qui continuent à être développée.

Médecins Sans Vacances est aussi reconnu au Rwanda comme un émetteur CPD (Continuing Professional Development Provider) ce qui nous permet de renforcer en outre les capacités locales. Cette organisation reconnue par les autorités nous permet de former des médecins et infirmiers. L’approche de renforcement des capacités s’aligne toujours à la politique nationale du Rwanda en termes de formation continue afin de répondre aux besoins locaux.

Coopération européenne

Grâce à un partenariat avec l’Union Européenne en 2019, Médecins Sans Vacances s’est développée en engageant une équipe de collaborateurs à Bujumbura et ce qui a ensuite rendu possible la création d’une antenne à Bukavu ainsi que l’engagement d’un assistant technique-santé responsable pour la RDC Est et le Rwanda.

Depuis septembre 2019, Médecins Sans Vacances s’organise pour cette région avec un responsable à Malines qui suit les activités des Grands Lacs. Le suivi des activités au Rwanda est réalisé par le bureau Régionale, avec la présence d’un assistant technique-santé à Bukavu permettant un accompagnement de proximité.

Actualités au Rwanda

Notre approche

Nous sommes une ONG qui œuvre pour des soins de santé de qualité dans 5 pays d'Afrique sub-saharienne.

Notre approche

Nos histoires

Découvrez quelques témoignages et histoires inspirantes de nos collaborateurs sur nos 40 ans.

Nos histoires

Publications

Pour en savoir plus sur nos activités, n’hésitez pas à consulter nos rapports annuels.

Publications