Le pédiatre Samuel Van Steirteghem a effectué quatorze missions pour Médecins Sans Vacances à Kigali au Rwanda et sur l’île d’Idjwi sur le lac Kivu en RD Congo. Entretemps, la coopération au développement est inscrite dans son ADN. “Vous partagez votre expertise avec le partenaire et obtenez beaucoup en retour. J’ai appris à relativiser les choses et à moins gaspiller.”

Première mission

Nous nous sommes entretenu avec lui depuis Cotonou, la plus grande ville du Bénin, où il travaille depuis avril 2020 en tant que chef de projet santé chez Enabel, l’Agence belge de développement. Son aventure avec Médecins Sans Vacances a commencé en 2007 lorsque, lors d’une consultation à La Louvière, il a reçu un appel lui demandant de se rendre à Kigali pour deux semaines en tant que pédiatre spécialisé dans les maladies pulmonaires. “En tant qu’étudiant, je rêvais déjà d’aller en Afrique. Ce coup de fil est ne pouvait pas mieux tomber. ”

Problèmes respiratoires après la naissance

“Ma première mission restera mémorable.” Le pédiatre Samuel Van Steirteghem a notamment pratiqué la bronchoscopie, qui utilise une caméra flexible pour examiner les poumons. “Il y a beaucoup de cas de tuberculose en Afrique. L’hôpital de Kigali était équipé de ce type de caméra, mais les médecins et les infirmières ne pouvaient pas l’utiliser. Ainsi, au cours de ces premières missions, nous avons principalement formé les médecins locaux à la réalisation de ce traitement et à l’emploi de la caméra. De cette façon, ils pouvaient continuer seuls, même lorsque nous n’étions plus là. “En outre, Samuel a consacré des années d’efforts à la réduction de la mortalité néonatale. “Les enfants au Rwanda meurent trente fois plus souvent après la naissance qu’en Belgique, principalement en raison de problèmes respiratoires. En fait, vous pouvez réaliser beaucoup de choses avec des techniques simples. Nous avions une poupée noire sur laquelle nous faisions des massages cardiaques ou de la ventilation à travers un ballon. Nous avons également dispensé diverses formes de formation à ce sujet. ”

Évolution vers une stratégie globale

Il est retourné plusieurs fois dans le même hôpital, en essayant d’assurer une continuité dans le soutien. En dehors des semaines où nous avons travaillé sur place dans les hôpitaux partenaires, continuer à faire entretemps la différence restait un défi. L’une des réponses actuelles est le suivi des missions par des experts locaux. Cela se fait à différents endroits. Les programmes de renforcement des capacités qui sont développés pour chaque partenaire ont également un impact à long terme. Une telle stratégie globale énumère les priorités de l’hôpital et détermine quelles mesures sont prises à quel moment.”

Protocoles pédiatriques

Van Steirteghem a collaboré aux protocoles pédiatriques (article) qu’ils envisagent de déployer au niveau national en RD Congo. “Nous avons rédigé des protocoles avec un groupe enthousiaste de pédiatres dirigé par Patrick Peeters (article), afin que chaque médecin puisse donner les mêmes informations lors de sa mission. Car auparavant, par exemple, un médecin de Louvain abordait les choses différemment qu’un médecin de Gand. C’était un peu chaotique. Maintenant, ces cas sont tous structurés et tant nous que les experts locaux pouvons les utiliser. ”

Moins de gaspillage

Sa passion pour l’Afrique et la coopération au développement n’a fait que croître depuis cette première mission. “Ces échanges sont très importants pour moi, tant sur le plan personnel que pour mon travail. J’ai pu partager mes connaissances et j’ai reçu beaucoup en retour. Cela m’a permis de relativiser les problèmes auxquels se heurtent les Belges, comme les longs délais d’attente. Ma méthode de travail a également changé. Je vais gaspiller moins de recherches maintenant. Par exemple, si un enfant se présente à une consultation en Belgique avec de la fièvre, vous pouvez demander divers examens tels que des radiographies, des analyses de sang et d’urine, etc. Ils sont même gratuits. Mais vous pouvez aussi attendre. Surveiller la situation et augmenter progressivement les examens. Cela permettra de réduire la pression sur le système de santé.”

Encore quarante ans

Samuel souhaite à Médecins Sans Vacances quarante autres merveilleuses années. “Le renforcement des capacités entre les prestataires de soins de santé belges et ceux des pays partenaires est unique. J’espère que le vivier de volontaires continuera à s’élargir. ”

Texte: Ann Palmers

Où sommes-nous actifs?

Nous sommes une ONG qui œuvre pour des soins de santé de qualité dans 5 pays d'Afrique sub-saharienne.

Où sommes-nous actifs?

Publications

Pour en savoir plus sur nos activités, n’hésitez pas à consulter nos rapports annuels.

Nos rapports annuels

Notre approche

Notre approche structurée et modulaire est basée sur la durabilité et l’autonomie.

Notre approche