Depuis 2003 Eddy Nierynck s’occupe des relations avec les acteurs gouvernementaux et non-gouvernementaux de la politique de développement belge en RD Congo. Il le fait en sa qualité de fonctionnaire fédéral de la DGD (Direction Générale Coopération au développement et Aide humanitaire), responsable de la gestion des différents aspects de la coopération belge au développement. Dès 2012, il y est, en tant que gestionnaire de dossier, responsable du suivi financier des dossiers de subventions des ONG Memisa et Médecins Sans Vacances.

Evolution énorme

Eddy Nierynck: “Quand je passe en revue les presque 10 ans que je suis le programme de Médecins Sans Vacances, je constate une forte évolution au sein de l’ONG. Médecins Sans Vacances a évolué d’une organisation médicale principalement orientée vers les services vers une ONG qui vise à renforcer les capacités des hôpitaux partenaires locaux à un large niveau. Une évolution positive et nécessaire, qui respecte aussi pleinement les règlements et directives de l’administration. J’ai été très heureux de pouvoir suivre cette nouvelle approche avec mon ancien collègue Martinus Desmet. Durant cette période Martinus travaillait aussi à l’ambassade à Kinshasa (RD Congo). De plus, il possède une grande expérience et des connaissances techniques dans le domaine des soins de santé internationaux et de la coopération au développement.”

De la prestation de services au renforcement des capacités

“Médecins Sans Vacances existe depuis 40 ans. Cela signifie l’implication de nombreux volontaires, qui partaient autrefois d’une approche purement axée sur la prestation de services. Cependant, la DGD jugeait qu’il était nécessaire d’évoluer vers une approche de renforcement des capacités sur le plan médical, technique, organisationnel et institutionnel. Dans le contexte de l’évaluation des subventions, il ne serait pas apprécié de continuer uniquement sur l’ancienne lancée des missions de service du Nord. Dans le cadre de la coopération au développement, le renforcement des capacités locales est essentiel pour la DGD. Heureusement, Médecins Sans Vacances est sur ce point, sur la même longueur d’onde.

Nous nous rendons cependant compte que pour notre vaste et fidèle base, la transition de la prestation de services au renforcement global des capacités ne pouvait se faire du jour au lendemain. Après quelques années, il est très satisfaisant de constater que l’approche du renforcement des capacités globales prend forme de plus en plus et de voir comment vos partenaires locaux – les hôpitaux africains – accueillent les processus de renforcement des capacités, dont le point de départ est leurs besoins, tant médicaux que techniques et organisationnels.”

Objectifs communs

“J’étais enchanté en 2016, de voir Memisa et Médecins Sans Vacances introduire un programme quinquennal commun pour la période 2017-2021. Ce fût un exemple au sein de la DGD, car le programme ne se limitait pas à une collaboration entre différentes organisations, chacune avec son propre outcome, mais bien avec un objectif commun.

Aujourd’hui, nous accueillons un autre programme conjoint dans lequel Médecins Sans Vacances, Memisa et La Chaîne de l’Espoir utilisent, exploitent et rassemblent leur spécificité, leur expertise et leurs capacités. Mais je ne suis pas autorisé à révéler quoi que ce soit à ce sujet pour le moment car l’évaluation est encore en cours.

“Je supporte pleinement la réforme de la collaboration au développement non-gouvernementale et crois beaucoup en la valeur ajoutée des cadres stratégiques communs. De grands pas en avant ont été faits entretemps. Notre collaboration avec les pays partenaires s’est intensifiée. Si, par exemple, vous introduisez un dossier de subventions pour la RD Congo, nous allons consulter nos collègues à l’ambassade congolaise et collaborer étroitement avec eux afin d’arriver à une évaluation équitable et correcte. J’ai également effectué quelques 33 missions auprès des acteurs de terrain et, dans le cadre des audits financiers, j’ai visité chaque année les bureaux des ONG en Belgique, dont Médecins Sans Vacances à Malines. En dehors de l’évaluation avec le contrôleur financier, je considère qu’il est très important de prendre le temps de parler du contenu, des résultats et des progrès sur le terrain. “

Collaboration plus étroite

La coopération entre ONG est un sujet qui me préoccupe en permanence : “Comment fonctionnent-elles ? Quelles sont les possibilités ? Quels sont les goulets d’étranglement éventuels ? Les ONG ne sont pas considérées par tout le monde comme le fleuron de la collaboration au développement, pour le dire gentiment ! Leur travail est une goutte d’eau dans l’océan, dit-on souvent. Mais cela ne correspond pas à la réalité que je vois sur le terrain. Là, je constate une réelle différence. L’un de mes souhaits avant de prendre ma retraite est de voir l’ensemble et non la somme de différents éléments, donc une collaboration encore plus étroite avec des résultats communs très visibles. C’est déjà merveilleux de voir cette collaboration entre Médecins Sans Vacances et Memisa mais je veux voir encore plus grand, de préférence avec tous les acteurs de terrain. Ceci est mon rêve !”

 

Texte: Veerle Symoens

Où sommes-nous actifs?

Nous sommes une ONG qui œuvre pour des soins de santé de qualité dans 5 pays d'Afrique sub-saharienne.

Où sommes-nous actifs?

Publications

Pour en savoir plus sur nos activités, n’hésitez pas à consulter nos rapports annuels.

Nos rapports annuels

Notre approche

Notre approche structurée et modulaire est basée sur la durabilité et l’autonomie.

Notre approche