Categories
Actualités

Collaboration avec le centre médical de l’ONG burkinabé Keoogo

Soutien aux enfants des rues

Keoogo est une ONG burkinabé qui s’occupe des enfants des rues et des jeunes mères célibataires dans la banlieue de Ouagadougou. Ils offrent un soutien médical et psychologique dans leur centre médical, et travaillent sur la réunification des familles, l’autonomisation et le renforcement des compétences. En outre, ils sensibilisent les enfants des rues, leur entourage, la police et la justice pour qu’ils travaillent ensemble à leur réinsertion dans la société.

Renforcement des capacités du centre médical

Médecins Sans Vacances collabore avec Keoogo sur les renforcements des capacités du centre médical. Le centre médical s’occupe principalement des enfants des rues et des jeunes mères. Mais aussi des personnes qui fuient le conflit en cours au Burkina Faso. Les résidents locaux qui ont besoin de soins sont également les bienvenus au centre. Pour commencer, un atelier a été organisé en coopération avec notre Manager régional pour l’Afrique de l’Ouest , le Dr Dossou, au cours duquel le personnel a dressé un état des lieux de ce qui va bien et de ce qui doit encore être renforcé. Lors des trois prochaines années, nous travaillerons ensemble au renforcement des capacités et des compétences en matière de soins maternels et infantiles, d’une part, et de gestion administrative du centre, d’autre part. Ce sont les deux domaines prioritaires pour lesquels Médecins Sans Vacances apportera un soutien important en termes de matériel médical, d’échange de connaissances et de formation. En outre, nous fournirons également une assistance pour l’entretien et la réparation des équipements médicaux.

Coup d’État

Le Burkina Faso a fait face à un coup d’État en janvier de cette année. Une période de transition de trois ans a été établie dans le but de revenir à l’ordre constitutionnel. Bien que le risque sécuritaire dans le reste du pays soit très élevé depuis plusieurs années en raison des attaques terroristes, la situation dans la capitale Ouagadougou – où se trouve le centre médical Keoogo – est assez sûre. Nous suivons de près l’impact de la situation sur nos activités.

Categories
Actualités

Fiche Chirugie de base : améliorer la qualité des actes chirurgicaux

L’accès aux soins chirurgicaux et anesthésiques abordables et sûrs est largement défaillant dans les pays à moyen et faible revenu. La chirurgie de base permet de garantir que les soins chirurgicaux et d’anesthésie soient disponibles, accessibles, sûrs, fournis en temps opportun et à un prix abordable pour sauver des vies, prévenir l’invalidité en plus de dépenses de santé catastrophiques.

Pour plus d’information sur la chirurgie de base, lisez cette fiche :

Categories
Actualités

Fiche Maintenance Biomédicale : Faire fonctionner le plateau technique

Les équipements biomédicaux jouent un rôle essentiel dans les soins de santé de qualité
car ils sont indispensables pour la prévention, le diagnostic le traitement, le suivi des
maladies et la réadaptation des patients dans un cadre de soins approprié.

Pour plus d’information, lisez cette fiche sur la maintenance biomédicale :

Categories
Actualités

Fiche Expertise : un réseau international de professionnels de la santé

Le réseau de professionnels de la santé de Médecins Sans Vacances est composé de plus de 500
experts volontaires organisés en différents groupes de travail en Belgique et en Afrique.

Pour plus d’informations sur le réseau de Médecins Sans Vacances, lisez cette fiche sur l’expertise :

Categories
Actualités

DOSSIER: La lutte contre la fistule obstétricale en République Démocratique du Congo

Chaque année, en République Démocratique du Congo (RDC), le traitement et la chirurgie des fistules permettent à des centaines de femmes de se remettre de cette pathologie grave et de sortir de leur isolement social et familial. Les besoins sont énormes, car 5000 à 7000 femmes sont touchées chaque année.

La maman des fistuleuses

La Dr Dolorès Nembunzu est à la tête de la Fistula Clinique de l’hôpital Saint-Joseph de Kinshasa, en RDC. Gynécologue de formation, elle a suivi une spécialisation à l’Institut de médecine tropicale d’Anvers.

En 1988, elle est retournée en RDC et est entrée en contact avec des jeunes femmes qui avaient développé une fistule à la suite d’un accouchement. Très touchée par le sort de ces femmes, souvent non qualifiées et discriminées, la Dr Nembunzu se sentait toutefois impuissante.

Elle a découvert les formations de Médecins Sans Vacances en 2003. Grâce à la collaboration avec Médecins Sans Vacances, une clinique de la fistule a vu le jour en 2007 à l’hôpital Saint-Joseph, ce qui a valu à la Dr Nembunzu le surnom affectueux de « maman des fistuleuses ». Depuis de nombreuses années maintenant, Dolorès dispense elle aussi des formations en tant qu’experte-volontaire pour Médecins Sans Vacances.

Écoutez ici l’histoire de la Dr Nembunzu à l’occasion de notre 40e anniversaire

Artsen Zonder Vakantie – Médecins Sans Vacances · PODCAST_DR Dolores_FR

La mission de la Dr Nembunzu en collaboration avec Médecins Sans Vacances

La Dr Dolorès Nembunzu partira bientôt en mission dans deux hôpitaux congolais, l’hôpital de Gombe Matadi et l’hôpital de Popokabaka, afin de poursuivre sa mission dans d’autres régions de RDC.

Accompagnée d’une anesthésiste, une infirmier du bloc opératoire et une infirmière d’hospitalisation, elle séjournera sur place pendant deux semaines afin de partager ses connaissances et d’organiser des formations pour le personnel local. Ils aborderont les trois aspects de la lutte contre les fistules, de sorte que des centaines de femmes africaines pourront bientôt profiter d’une nouvelle vie.

 

La mission médicale est axée sur les trois aspects de la lutte contre les fistules :

1-Formation de sensibilisation

Nous sensibilisons le personnel des centres de santé environnants et des hôpitaux afin qu’ils puissent détecter à temps les symptômes d’un accouchement difficile. La fistule peut être prévenue par un suivi adéquat avant, pendant et après la grossesse ainsi que par des soins obstétriques. Par exemple : chez les jeunes filles, le bassin est souvent encore trop étroit. En les envoyant à l’hôpital à temps pour une césarienne, on évite que l’enfant à naître soit piégé.

2-Traitement non chirurgical

Nous apprenons au personnel hospitalier à procéder au traitement non chirurgical des nouvelles fistules (par le placement d’une sonde vésicale, qui permet à l’ouverture de se refermer spontanément).

3-Partage des connaissances

Nous partageons nos connaissances sur la réparation chirurgicale des fistules obstétricales. Ainsi, non seulement des femmes sont débarrassées de leur fistule durant la mission, mais à terme, les médecins locaux apprennent aussi à réaliser cette intervention en toute autonomie.

Pour faire de cette belle mission une réalité, nous avons besoin de 24 000 euros. Si 240 personnes font un don de 100 euros, par exemple, nous pourrons changer la vie de centaines de jeunes femmes.

En Afrique subsaharienne et en Asie, 2 à 3 millions de femmes souffrent d’une fistule. On estime qu’entre 50 et 100 000 femmes développent une nouvelle fistule chaque année. Rien qu’en RDC, on dénombre déjà 5000 à 7000 nouveaux cas par an.

Lisez ici le rapport de la Dr Charlotte Nzeyimana, conseillère Santé publique chez Médecins Sans Vacances, à propos de la problématique des fistules en RDC.

Vous souhaitez plus d’infos sur Médecins Sans Vacances? Contactez-nous en cliquant ici

Categories
Actualités

Avant-première du documentaire “La solidarité guérit”

Trois histoires de solidarité

Le documentaire se concentre sur trois initiatives en République démocratique du Congo où des travailleurs de la santé, des organisations et des communautés congolaises travaillent à l’amélioration des soins de santé. Nous découvrons comment les moto-ambulances et le système de solidarité locale permettent aux femmes enceintes d’accoucher dans un centre de santé. Nous avons vu comment les techniciens hospitaliers s’unissent en réseau et, en partageant leurs connaissances, améliorent la qualité des soins dans leurs hôpitaux. Et nous avons une vue sur le travail des “communautés sans viol” qui tentent de prévenir la violence sexuelle et de guider les femmes concernées vers la guérison.

Docu-talk sur la solidarité internationale

Les intervenants, Charles Ddungu de l’Institut de Médecine Tropicale et Willy Musitu du Comité International de Bruxelles et d’Anvers, ont donné leur avis sur le documentaire et sur le rôle de la solidarité internationale. Une impulsion pour entrer dans le débat avec le public. Magalie Schotte, coordinatrice de Be-cause Health, a modéré le débat. Différents points de vue ont été entendus et cela ne peut signifier qu’une chose : la solidarité internationale est vivante.
Focus sur des femmes fortes
La première du documentaire a eu lieu le 8 mars, qui est la Journée internationale de la femme depuis 1911. Une journée au cours de laquelle les inégalités entre les sexes sont abordées, et surtout une journée au cours de laquelle la force des femmes est centrale. Dans le documentaire les femmes jouent également un rôle. Le docu dépeint à la fois leur force en tant que professionnels de la santé et leur résilience après avoir été victimes de violences sexuelles.

Prochaine projection

Pour ceux qui n’ont pas pu être présents à Malines : il y aura une autre projection à Bruxelles en mai. De plus amples informations seront bientôt disponibles sur les médias sociaux de Médecins Sans Vacances, Memisa et Médecins du Monde.

#santepourtous #lesavoirguerit #leavenoonebehind

L’album photo

Cliquez ici pour voir toutes les photos

©Inge Van den Heuvel_EYE-FLASH

Categories
Actualités

Nouvelle passerelle au CMA de Dô au Burkina Faso

Avec près d’un million d’habitants, Bobo-Dioulasso est la deuxième plus grande ville du Burkina Faso. C’est là que se trouve le CMA de Dô, un centre médical avec antenne chirurgicale.
Dans cet hôpital, les médecins mettent des enfants au monde, effectuent des opérations urgentes et soignent des maladies infectieuses tropicales comme la malaria. Vous l’aurez compris : il joue un rôle vital dans la région.
Médecins Sans Vacances est renté en partenariat avec le centre en 2011 avec deux domaines d’intervention en termes de renforcement des capacités et des compétences : la maintenance préventive des équipements et l’admission des urgences médico-chirurgicales.
C’est donc sur l’axe d’admission que la récolte de fonds a été mise en place.

Un contexte compliqué pour assurer des soins de qualité

Il n’y avait aucune connexion entre les urgences et le reste de l’hôpital.
Ce qui veut dire que les patients gravement malades, une fois stabilisés aux urgences, repassaient par l’extérieur sur une civière. Lors de leur transport vers une autre partie de l’hôpital, ils étaient au sable, à un soleil brûlant ou à une pluie battante. Qui plus est, le personnel médical perd un temps précieux !
D’autre part, Le service des urgences ne pouvait plus traiter les urgences chirurgicales. Par conséquent, les patients qui souffrent de coupures profondes ou d’une fracture du crâne, par exemple, étaient directement amenés au bloc opératoire. Ils y rentraient avec leurs vêtements et leurs chaussures sales dans un environnement qui devrait être stérile.
Les facteurs temps et hygiènes sont clés pour une prise en charge efficiente.

La solution : construire une nouvelle passerelle et optimiser les urgences

Avec la contribution de nos généreux donateurs, Médecins Sans Vacances a pu répondre à un besoin essentiel en construisant une nouvelle passerelle pour connecter plus rapidement les urgences aux autres services de l’hôpital. Un gain de temps précieux qui peut sauver la vie de patients dans un état critique. Outre le confort pour les patients et le personnel, l’hygiène est aussi améliorée. En effet, la passerelle joue un rôle dans la prévention des infections par le milieu. Le nettoyage est plus aisé et un vrai circuit d’hygiène peut être mis en place. En conclusion, cette nouvelle passerelle a permis une efficacité accrue dans tous les services.

Vous souhaitez contribuer à faire grandir les hôpitaux ? N’hésitez pas à placer un don sur notre plateforme de récoltes de fonds. Cliquez ici

 

Categories
Actualités

Réhabilitation Service de Pédiatrie de l’HZ Papané au Bénin

Une action indispensable pour améliorer les conditions d’hospitalisation et de traitement des enfants afin d’assurer d’une part des conditions d’hygiène essentielles et d’autre part, assurer des soins de qualité auprès des enfants.

Ce renforcement structurel est basé sur 2 enjeux :

Enjeu 1 : Un environnement aux normes d’hygiène

La gestion et donc de la prévention du risque infectieux par l’environnement est le premier facteur d’intervention pour maîtriser la propagation bactérienne.

Enjeu 2 : La prise en charge des enfants

Au Bénin en 2017, on comptait 38% des décès des enfants sont liés au paludisme, à la diarrhée et aux infections respiratoires aiguës. Les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes sont les plus exposés aux formes graves de paludisme avec un taux de décès toutes causes confondues de 34% chez les enfants de moins de 5 ans. (source: rapport annuel OMS Bénin 2021). Une prise en charge dans un cadre approprié permet à l’enfant d’obtenir des soins de qualité dans un environnement rassurant. Pour le personnel soignant, les pratiques de prise en charge et la stabilisation de l’enfant sont déterminants dans le traitement. Une infrastructure adéquate améliore les conditions de travail mais aussi la performance des soins.

L’Hôpital Saint Martin de Papané

L’Hôpital Saint Martin de Papané situé à la frontière des départements du Borgou et des Collines a été créé en 1972 par le Dr Franken sous l’initiative de Monseigneur André van den Bronk. D’une capacité physique de 100 lits, 75 lits y sont ouverts. Les activités sont animées par 106 agents dont 30 agents administratifs et 76 personnels techniques.
Cet hôpital situé dans une zone rurale à faible développement humain fait parti des 6 hôpitaux partenaires de Médecins Sans Vacances au Bénin. Le partenariat y remonte à plus de 20 ans.
Un trajet de renforcement des capacités a été élaboré en 2016 pour améliorer la Gestion hospitalière (administrative et financière), la pédiatrie et l’hygiène hospitalière.
Les résultats prévus pour le cadre de la pédiatrie ont été quasiment atteints. L’évolution grâce au trajet de renforcement mis en place par Médecins Sans Vacances a progressé significativement. La disponibilité en matériel et équipement est renforcée, l’organisation du service est améliorée malgré une faible ressource de personnel disponible. Malheureusement le service de néonatologie est peu fonctionnel en raison de l’effectif réduit de personnel dans le service.

Le service de pédiatrie

Avec son statut d’Hôpital de Zone, l’HZ Saint Martin de Papané prend en charge les enfants référés ou non des centres périphériques.

Le bloc principal comprend l’accueil des urgences, la stabilisation, la néonatologie, le PEC nutritionnel et les bureaux des médecins et infirmier.ères.
On y retrouve également un bloc d’hospitalisation pédiatrie de 20 lits.
Le service reçoit environ 1 800 à 3 500 enfants en consultation par année dont 1500 à 2500 hospitalisations.  Les références reçues sont passées de 43 en 2019 à 118 en 2021 et le taux d’occupation de lit varie entre 75 et 93%. Le nombre d’enfants transfusé est passé de 324 (2019) à 494 (2021). Les décès intra hospitalier de 8 en 2020 et 8 en 2021.
Les affections dans le service sont essentiellement des affections respiratoires, des affections digestives, l’infection par le plasmodium falciparum et les troubles nutritionnels. Le service dispose d’une unité de néonatologie (dont le fonctionnement est discontinu) qui reçoit les nouveaux nés les stabilise avant leur transfert à la néonatologie du Centre Hospitalier Universitaire Départemental du Borgou.

Les conditions du service pédiatrie avant la réhabilitation

Le bâtiment d’hospitalisation a été construit dans les années 1984. L’infrastructure y était dans une dégradation avancée. Les normes en termes d’infrastructure d’accueil des urgences pédiatriques et d’hospitalisation des enfants n’étaient plus respectées.

Il était donc nécessaire d’offrir aux enfants en séjour un cadre approprié et aussi permettre au personnel d’assurer plus aisément l’hygiène des salles.

  • Le bloc d’hospitalisation était très dégradé.
  • La vieillie toiture (charpente) était habitée par des roussettes.
  • Le sol non carrelé était inapproprié à la pratique du bionettoyage
  • Le plafond vieillit et effondré et le plafonnier ne fonctionnait plus.
  • Le circuit électrique désuet et apparent. Les fenêtres dégradées, tout comme les grilles antimoustiques. Les murs fissurés.
  • Le bloc principal était en meilleur état. La dégradation essentielle concerne la peinture, les portes et les fenêtres et quelques fissures.

Une réhabilitation réussie

Les travaux de réhabilitation ont pris en compte toutes les dégradations de la structure.
Outre la remise à neuf du sol au plafond, une pose toiture ‘suisse’ a été posée permettant une ventilation adéquate et empêchant les chauves-souris de rentrer.
Sur le plan de l’hygiène, le cadre et les matériaux utilisés favorisent une bonne pratique de l’hygiène par le bio-nettoyage.
La prise en charge et le traitement des enfants seront indéniablement améliorés dans ce cadre.
Un tel renforcement des capacités de la structure ne peut que faire grandir le service en offrant des soins de meilleurs qualité pour le bénéfice des enfants !

Remerciements

Merci à tous les donateurs de Médecins Sans Vacances. Grâce à la solidarité internationale les enfants admis en service de Pédiatrie de Papané seront reçus dans un cadre agréable et respectueux des normes d’hospitalisation.

Vous souhaitez contribuer à faire grandir les hôpitaux? N’hésitez pas à placer un don sur notre plateforme de récoltes de fonds. Pour cela cliquez ici

 

Categories
Actualités

Colloque de sensibilisation sur la gestion des équipements biomédicaux

Les 2 et 3 févier dernier, plus de 80 invités issus du Ministère du Burundi, des autorités des provinces sanitaire et des districts sanitaires ainsi que des directeurs des hôpitaux, techniciens, distributeurs et vendeurs des équipements se sont réunis pour obtenir une vision claire de la gestion rationnelle des technologies médicales et une compréhension de l’importance de la place du technicien maintenancier dans l’organe de prise des décisions de l’hôpital.

Le colloque a visé un triple objectif :

1) Sensibiliser

Sensibiliser les praticiens de la santé, les gestionnaires et les décideurs à la nécessité d’une gestion rationnelle des dons, en particulier des équipements (médicaux).

2) Attirer

Attirer l’attention sur la reconnaissance du rôle du technicien maintenancier dans l’organisation hospitalière par les acteurs médicaux et paramédicaux, et leur adhésion aux recommandations et instructions de maintenance préventive données par le maintenancier. Elles constituent un facteur-clé de réussite ou d’échec de l’implantation d’un système de maintenance.

3) Partager

Partager des expériences qui démontrent comment des progrès peuvent être réalisés de manière pratique. Des solutions et stratégies nationales concernant les systèmes de maintenance opérationnelle, le renforcement des capacités des techniciens et utilisateurs, et l’utilisation de méthodes/équipements respectueux de l’environnement sont présentées et discutées.

Dr Marcellin Kash Karubara, Médecin conseillé chez Médecins Sans Vacances:

 Le colloque fut un franc succès ! Attirer les acteurs de la santé autour de débats et d’ateliers, c’est essentiel pour optimiser la gestion et la maintenance des équipements biomédicaux.  C’est avec ces échanges que nous pouvons sensibiliser et renforcer le système de santé !

Cliquez ici pour retrouver les termes de référence du colloque.

Categories
Actualités

Renfoncement de l’hygiène dans les structures hospitalières du Burundi

Convaincu que l’hygiène hospitalière est la base pour proscrire une bonne qualité des soins de santé dans un environnement sain pour éviter, ou du moins diminuer, le risque d’infections et de propagations. C’est pourquoi, dans le cadre du trajet de renforcement des capacités (TRC) des hôpitaux, nous avons donnés 981 kg de nouvelles tenues pour les staffs médicaux et paramédicaux de ces différents hôpitaux.

En effet, le linge tel que les tenues figure parmi les principaux vecteurs des infections : c’est un support idéal pour la prolifération des germes.

De plus, le personnel médical manquait significativement de tenue. Cela signifie qu’ils ne pouvaient pas changer de tenue de travail assez souvent ou assez rapidement, ce qui, dans certains cas, a entraîné des retards dans les opérations, mettant ainsi la santé des patients en danger.
D’autre part, 6 chariots pour les blocs opératoires ont été remis pour assurer une bonne organisation de la trousse de matériels et ainsi, améliorer les conditions de travail pour les prestataires.

Sans aucun doute, cet apport permettra d’améliorer la qualité des soins auprès des populations vulnérables.

Plus d’infos sur Médecins Sans Vacances au Burundi