Luc Bouwen travaille depuis 2015 avec Médecins Sans Vacances, en qualité d’expert-volontaire. La formule de succès de ses missions? La mise en place d’une coopération à long terme, garante de solutions durables. Il prend en outre à cœur sa mission d’ambassadeur, en incitant de nombreuses autres personnes à soutenir nos activités. Cette année, Luc a par ailleurs participé au Marathon des Sables, ce qui lui a permis de récolter 6 200 EUR au profit de Médecins Sans Vacances.

Un engagement exceptionnel depuis 2015

Chirurgien orthopédiste, Luc Bouwen a déjà effectué quatre missions d’orthopédie-traumatologie en RD Congo. Avant la pandémie, il a soutenu à deux reprises l’hôpital de référence de Mosango et deux autres fois, l’HGR Dr Rau de Ciriri, à Bukavu. Dans quelques semaines, Luc Bouwen retournera à l’hôpital Dr Rau de Ciriri pour y donner une semaine de formation en orthopédie. Au fil des ans, cet hôpital est devenu un véritable centre de formation, tant pour les étudiants en médecine de l’Université catholique de Bukavu (UCB) que pour les médecins d’autres établissements de soins de santé de la région. C’est dans la logique que Ciriri est un centre/ hôpital de formation que la mission de Luc Bouwen est organisée. Il s’agit en d’autres termes d’une formation des formateurs.
Au cours de cette nouvelle mission, il s’emploiera à renforcer les capacités de l’équipe de formateurs/coachs (qui travaillent à l’hôpital de référence Dr Rau de Ciriri). Cette mission a pour objectif de:
Renforcer les capacités de l’équipe de coachs de l’hôpital de référence Dr Rau de Ciriri dans le domaine de la supervision formative.
• Renforcer le coordinateur médical dans le suivi et la mise en œuvre des supervisions formatives/coaching (analyse des rapports, prise de décision en fonction de l’obtention des résultats).

Luc partira pour la RD Congo le 12 novembre. Il est vraiment très impatient de revoir les nombreux médecins avec qui il a dû ‘se contenter’ de parler via WhatsApp.

Rester en contact entre deux missions

Le risque, lorsqu’on ne prend pas la peine d’entretenir les contacts noués entre deux missions, c’est un retour en arrière au niveau des acquis. C’est là quelque chose que nous essayons absolument d’éviter. Les partenaires locaux doivent s’approprier certains traitements et actes que nous leur avons appris, mais cela demande du temps. Il est donc essentiel de rester disponible pour répondre à leurs questions.

Luc: “Grâce à tous ces nouveaux outils numériques, on peut facilement rester en contact avec les personnes avez lesquelles on a travaillé et créer un forum accessible et convivial où ils pourront poser leurs questions. En tant que médecins, nous avons déjà pris l’habitude d’utiliser WhatsApp pour demander ou donner un avis à des confrères spécialisés dans d’autres disciplines lorsque la situation l’exige.”

Luc: “Dès mon retour de mission, un groupe WhatsApp est toujours immédiatement créé. Sur WhatsApp, je suis membre d’un groupe d’orthopédistes français rejoint par Dirk Willemen, autre expert-volontaire avec qui je suis parti il y a quelques années en mission à Bukavu (hôpital Dr Rau de Ciriri). Ce groupe est dédié à l’examen des cas. Les contributions des participants aident à la mise au point d’un traitement adapté. À Mosango, j’étais le seul orthopédiste de Médecins Sans Vacances. Il n’y avait donc « que » des médecins congolais et moi dans le groupe.
Je suis heureux de disposer de tels outils. Comme vous vous en doutez, tous les problèmes ne sont pas réglés lorsqu’on rentre en Belgique.”

Cela me fait plaisir de pouvoir suivre l’évolution de l’état de santé des patients, de savoir ce que deviennent ceux que j’ai soignés et comment le personnel médical assure le suivi de la prise en charge de certains cas. Enfin, et comme c’est souvent le cas, mieux on se connaît sur le plan humain, plus on s’apprécie.

Un ambassadeur qui repousse les frontières les unes après les autres

Luc Bouwen est régulièrement invité à venir parler de son expérience et de ses missions, ce qu’il fait toujours avec beaucoup de plaisir. Il le fait pour des associations locales, mais aussi dans l’hôpital où il travaille, l’A.S.Z. Ziekenhuis, à Alost. Il a ainsi évoqué sa première mission lors de la Journée annuelle de l’orthopédie organisée par l’A.S.Z.
Lorsqu’il vient parler de ses précédentes missions pour Médecins Sans Vacances, Luc Bouwen évoque entre autres les complications que présentent des patients qui ont fait appel à la médecine traditionnelle (attelles mal positionnées…). Il explique également que si les patients attendent souvent avant d’aller à l’hôpital, c’est car ils font généralement peu ou pas du tout confiance à la médecine moderne. Développer la confiance prend du temps, et Médecins Sans Vacances s’y emploie pleinement, tout comme Luc.

La réputation du Dr Bouwen en tant qu’ambassadeur de Médecins Sans Vacances s’étend jusqu’au Maroc. Luc y est en effet allé cette année, lorsqu’il a participé au Marathon des Sables au profit de Médecins Sans Vacances. Penser aux patients africains lui a donné le courage d’aller jusqu’au bout.

Les patients que j’ai vu en RD Congo m’ont donné la force de ne pas abandonner dans les derniers kilomètres du Marathon des Sables. Certains d’entre eux doivent parfois faire jusqu’à 100 km à pied pour rejoindre l’hôpital, alors qu’ils souffrent de graves problèmes moteurs. Ils doivent tenir bon, toute leur vie, dans des conditions extrêmement difficiles. C’est en pensant à eux que j’ai trouvé toutes les ressources nécessaires pour continuer à avancer, alors que je me trouvais pour la première fois de ma vie dans une situation difficile.

Mon souhait pour l’avenir

Luc: “Quelques médecins que Dirk Willemen et moi avons rencontrés il y a quelques années quand nous étions partis ensemble en mission suivent actuellement une formation à l’étranger. Ils ne pourront donc pas participer à la formation que j’assurerai en novembre. Ils trouvent ça vraiment dommage, comme ils l’ont déjà fait savoir à des membres du personnel de l’hôpital Dr Rau de Ciriri et à moi-même. Selon moi, cela en dit long sur les liens étroits qu’ils ont conservés avec l’hôpital. J’espère qu’un jour, ces médecins retourneront dans leur pays pour mettre leur expertise au service de l’hôpital et de leurs « compatriotes ». Cette décision est moins évidente qu’il n’y paraît à première vue, car les médecins gagnent mieux leur vie en ville (à Kinshasa par ex.) qu’à la campagne. Mais j’ai bon espoir qu’ils feront ce choix.”

#TogetherWeCare4HealthCare

Médecins Sans Vacances est une organisation qui a le cœur sur la main

Notre ONG développe des partenariats durables dans 5 pays africains avec plus de 40 hôpitaux dont l’objectif est de pouvoir offrir aux patients des soins de santé de qualité.

A propos de nous