Les experts-volontaires Dr Nele Vangheluwe (médecin urgentiste) et Marcel Steenmans (infirmier) ont formé l’une des premières équipes belges partant en mission. Leur objectif : renforcer les capacités de l’hôpital de Monvu en matière d’urgences et de soins intensifs. Nele et Marcel nous livrent un rapport sur leur mission.

Hôpital de référence pour toute l’île d’Idjwi

Nele: “L’hôpital de Monvu est situé sur l’île d’Idjwi dans le lac Kivu. Étant donné qu’il s’agit du seul hôpital de l’île, il accueille des patients envoyés de toute la zone de santé. Traverser le lac Kivu pour se rendre dans un hôpital sur le continent prend du temps et est financièrement irréalisable pour la plupart des patients. Et en cas d’urgence, traverser le lac est de toute façon impossible. Il est donc vital que l’hôpital de Monvu dispose d’un service d’urgences opérationnel pour fournir aux patients les soins dont ils ont besoin.”

Service d’urgences en construction

Marcel: “Actuellement, il n’y a pas de service d’urgences à l’hôpital. Les patients arrivent au service d’accueil. Là bas on décide d’orienter ou non le patient directement vers l’unité de soins intensifs. Cette situation est loin d’être idéale. Heureusement, l’hôpital est en train de construire un nouveau bâtiment qui abritera le service des urgences. Entre-temps, avec le personnel, nous avons créé un service d’urgences provisoire dans l’unité de soins intensifs en réservant quatre lits pour les urgences.”

Introduction des fiches de suivi

Nele: “Pendant notre mission, Marcel et moi avons travaillé en étroite collaboration avec 2 médecins, 1 médecin en formation et 3 infirmières. Nous avons immédiatement remarqué que l’unité de soins intensifs était bien équipée. Le personnel est motivé ,la communication est ouverte et constructive. Notre collaboration s’est déroulée sans heurts et à et de manière amicable. Nous avons introduit deux feuilles dans l’unité de soins intensifs : une feuille de médicaments et une feuille de surveillance des paramètres du patient. Il est important que les médecins et les infirmières notent ces paramètres à intervalles réguliers afin que le patient puisse être suivi de près. Les feuilles ont été bien accueillies par l’équipe, et il est même prévu de les introduire dans tout l’hôpital. Ce fut également une agréable surprise de voir les protocoles pédiatriques utilisés dans l’unité de soins intensifs. Ces protocoles y ont été introduits lors de missions précédentes en pédiatrie.”

Chariot d’urgence

Marcel: “Nous avons également proposé de mettre à disposition un chariot d’urgence avec les dossiers des patients, les ordonnances, les fiches de suivi, etc. Cela garantit que le personnel dispose toujours des documents nécessaires et que des mesures peuvent être prises immédiatement en cas d’urgence. Cela garantit aussi la confidentialité du dossier du patient. Sur le chariot il y a de la place pour le gel désinfectant pour les mains, de sorte qu’il n’est pas nécessaire de le chercher. Tout comme à l’hôpital de Nyantende où nous avons introduit le même chariot en 2018, il a également été bien accueilli et immédiatement mis à profit.”

Formation en soins d’urgence

Nele: “Lors de cette première mission d’urgences à l’hôpital de Monvu, j’ai donné plusieurs formations sur :

* La méthode ABCDE : une méthode avec laquelle l’aide est apportée selon le principe “traiter d’abord ce qui tue d’abord”.

* Réception des patients malades, enregistrement et notation de leurs paramètres

* (Prévention de) Covid-19

* Triage

* Ventilation et administration d’oxygène via le concentrateur d’oxygène

* Administration de la bonne dose de médicament: calculer et compter les gouttes de la perfusion

Les objectifs de la mission ont certainement été atteints. Il est agréable de constater que le personnel s’entend si bien avec le nouveau matériel. Comme il s’agit de la première mission dans le domaine des cas d’urgence, il est nécessaire d’approfondir, par exemple, le triage et le suivi des paramètres. En vue de la prochaine mission, le personnel souhaiterait également recevoir une formation sur le diabète et les soins cardiovasculaires, notamment sur la conduite à tenir en cas d’hypertension. Le fait que le personnel soit désireux d’apprendre et de poursuivre sa formation montre à quel point les prestataires de soins sont motivés.”

Armoire à pharmacie aux normes

Marcel : “Avec mon collègue du service technique de l’hôpital de Monvu, j’ai restauré l’ancienne armoire à pharmacie. L’armoire a également été réapprovisionnée en médicaments d’urgence essentiels et en matériel d’urgence. Tout le matériel et les médicaments ont été étiquetés par Nele, de sorte que l’armoire à pharmacie répond désormais aux normes attendues. Le chariot de médicaments qui est utilisé pour apporter les médicaments aux patients a également été remis à neuf. La distribution des médicaments peut désormais se faire de manière organisée.”

Evaluation positive

Nele: “Une semaine après notre mission, nous avons reçu un message du directeur médical de l’hôpital de Monvu, le Dr Chirhalwirwa Pacifique, disant que la visite de contrôle du Service national de santé publique s’était bien passée. L’hôpital avait reçu une évaluation positive. Cela nous a donné une grande satisfaction. Nous recevons aussi régulièrement des photos du service d’urgence “renouvelé”. Malheureusement, nous avons également appris que les médecins que nous avons formés travaillent désormais dans un autre hôpital. Dans un premier temps, nous avons été très déçus par cette nouvelle. Heureusement, peu après nous avons reçu la nouvelle que ces médecins appliquaient maintenant les choses que nous leur avions enseignées dans leur nouvel hôpital. La preuve que notre travail – même avec la rotation du personnel – porte ses fruits.”

Nos collègues sont devenus des amis

Nele: “Nous sommes de retour à la maison et nous nous occupons à nouveau de nos soins d’urgences évidents. Et pourtant, nous ne sommes plus les mêmes. Nous restons connectés avec nos collègues africains, des prestataires de soins de santé qui doivent se débrouiller avec beaucoup moins de ressources et qui, pourtant, fournissent les meilleurs soins à leurs patients jour après jour. Nos collègues sont devenus des amis. Nous sommes de tout cœur avec leurs nombreux patients qui méritent des soins de qualité. Nous sommes heureux d’y contribuer et leur souhaitons beaucoup de courage.”

#TogetherWeCare4HealthCare

Médecins Sans Vacances est une organisation qui a le cœur sur la main

Notre ONG développe des partenariats durables dans 5 pays africains avec plus de 40 hôpitaux dont l’objectif est de pouvoir offrir aux patients des soins de santé de qualité.

A propos de nous