La maintenance biomédicale est souvent un métier caché dans l’hôpital. Il s’agit pourtant d’un aspect crucial pour pouvoir donner des soins de qualité au patient. Arnaud Mwamba, ingénieur et spécialiste expert dans la maintenance des équipements biomédicaux en RD du Congo nous donne un aperçu des coulisses.

Maillon essentiel de la chaîne médicale

Depuis 2016, l’ingénieur Arnaud Mwamba intervient ponctuellement dans le programme d’activités de Médecins Sans Vacances comme formateur des techniciens hospitaliers (projet JENGA MAARIFA de Bukavu et de Kinshasa) et comme expert-volontaire s’occupant de la maintenance des équipements biomédicaux ainsi que du renforcement de capacité des techniciens hospitalier des hôpitaux partenaires de Médecins Sans Vacances. Il explique qu’en tant qu’ingénieur biomédical il soutient le personnel médical :”un médecin ne peut pas avancer tout seul, il y a beaucoup d’aspects qui l’entourne pour qu’il puisse donner les meilleurs soins que possible à son patient. Du matériel biomédical – comme des concentrateurs d’oxygène, des appareils RX, des spectrophotomètres etc. – et l’entretien de ce matériel y joue un rôle indispensable”.

Le bon diagnostique 

“Les équipements biomédicaux sont nécessaires pour qu’un médecin puisse poser un diagnostic correct. Dans l’un des hôpitaux où je suis consultant, il y avait par exemple un souci avec le spectrophotomètre, une machine qui analyse la concentration de substances chimiques dans le sang. Heureusement le laborantin a remarqué que le résultat d’un test diabétique était biaisé et qu’il a alerté le médecin concerné, sinon un traitement incorrect aurait été initié qui aurait aggravé l’état du patient. À ce moment-là, c’est ma tâche de localiser et de réparer le défaut du spectrophotomètre. Après la réparation, le bon diagnostic a été fait. De même avec un appareil RX qui ne fonctionne pas à 100% : avec des clichés flous le docteur n’a pas pu lier la douleur thoracique d’un patient à une anormalité du thorax ou des poumons, pourtant le patient souffrait d’une infection pulmonaire. Du matériel performant est donc indispensable. »

Concentrateur d’oxygène coupé

« L’importance ne joue pas que dans le diagnostic mais aussi bien lors d’un traitement ou dans le bloc opératoire. Une lampe scialytique dont plusieurs ou même une ampoule est cassée ne permet plus ou chirurgien de bien voir le bord de coupe à cause de l’ombrage. Grâce à notre réseau Whatsapp qui connecte les techniciens hospitaliers en RDC, on peut assez vite trouver des pièces de rechange pourque l’acte chirurgicale peut être poursuivi le plus vite que possible. Je me souviens vivement d’une situation lors d’une mission à l’hôpital de Popokabaka ou j’étais présente : le concentrateur d’oxygène a tout à coup arrêté de fonctionner lors d’une opération d’urgence. Du coup le taux d’oxygène du patient baissait immédiatement et son état s’est détérioré vite. Heureusement dans cet hôpital il y avait un concentrateur d’oxygène de secours fonctionnel et entretenu. Le chirurgien a pu continuer son intervention avec ce concentrateur pendant que je dépannais l’autre. Là j’ai vécu en direct l’impact de mon boulot sur le patient. »

Confort pour des nouveau-nés prématurés

« Des bébés qui naissent trop tôt ont besoin de la chaleur d’une couveuse pour pouvoir gagner de la force. Quand la température est trop basse, le bébé n’a pas le confort qu’il lui faut pour se développer, quand la température est trop haute le bébé peut même se bruler. La moindre déviation de la température idéale – 36.5° C à 37.5°C – a donc un impact sur la santé du bébé.  Notre tâche est de faire en sorte que la couveuse fonctionne bien et qu’il n’y a pas de moindre déviation. »

Contribution indispensable  

« La collaboration avec Médecins Sans Vacances m’a apporté l’ouverture d’esprit dans mon job. Me réaliser qu’en tant qu’ingénieur biomédical je contribue à la qualité des soins pour les patients me donne beaucoup de satisfaction. C’est ainsi que je contribue à ce monde. »

Note de rédaction
Ir. Arnaud Mwamba est membre du Groupe Consultatif de Médecins Sans Vacances composé de 10 personnes expertes dans leur domaine et issues du monde médical dont le but est de porter conseil dans les diverses activités de l’organisation. Les membres sont des experts-volontaires. Les propos ont été recueillis à l’occasion de l’Assemblée Générale de Médecins Sans Vacances où il a exposé l’importance du rôle des biotechniciens dans la structure hospitalière.

#TogetherWeCare4HealthCare

Médecins Sans Vacances est une organisation qui a le cœur sur la main

Notre ONG développe des partenariats durables dans 5 pays africains avec plus de 40 hôpitaux dont l’objectif est de pouvoir offrir aux patients des soins de santé de qualité.

A propos de nous